Un autre son de cloche 4ème dimanche de Pâques, année B Le 25 avril 2021

Publié le Publié dans Homélies

Lectures :

Act 4,8-12 : Pierre, rempli de l’Esprit Saint, déclara : Chefs du peuple…

1 Jn 3,1-2 : … ce que nous serons n’a pas encore été manifesté.

J 10,11-18 : Moi, je suis le bon pasteur…

Ce 4ème dimanche de Pâques est appelé dimanche du Bon Pasteur en raison du texte de l’Evangile. Ainsi, traditionnellement, il est consacré à la prière pour les vocations sacerdotales et la quête de ce dimanche doit soutenir la formation des futurs prêtres. Je vous remercie d’ores et déjà pour votre générosité.

Profitant donc du sujet, j’aimerais vous parler du prêtre et de ce qu’il est ou devrait être s’il veut être un digne témoin de la grâce que Dieu lui a faite.
J’aimerais en parler positivement car tout ce que l’on entend assez régulièrement dans les médias provoque d’indigestes amalgames… Les abus et les péchés de quelques brebis galeuses sont généreusement rabâchés, décortiqués durant de nombreuses années, dans le but de dire que la prêtrise telle que nous la connaissons arrive à son terme, ou, plutôt, qu’elle doit évoluer et se transformer…

Mais justement, en quoi ?

Comme c’est l’habitude pour toute révolution, démolir est relativement simple mais reconstruire se termine très souvent par une dégringolade pitoyable.

Alors, aujourd’hui, je vais vous parler du prêtre et de sa vocation, de sa singularité et de sa mission. Même si certains d’entre vous n’adhèrent pas complètement à l’idéal dont je vais vous parler, tout du moins aurez-vous entendu un autre son de cloche permettant de rééquilibrer les propos réducteurs, idéologiquement orientés et assez anachroniques, traitant le sacerdoce comme un métier assez semblable aux autres.

             En guise d’amuse-bouche, je vous propose de commencer par les propos de certains écrivains. Le premier nous est bien familier, à nous Lyonnais, puisqu’il s’agit d’Antoine de Saint Exupéry.

Lui, imaginant son monde idéal, écrivait : à la tête de ma cité, j’installerai des poètes et des prêtres. Ils feront s’épanouir le cœur des hommes.[1]

  •  Il est fou, ce Saint-Ex !!! – vous exclamerez-vous peut être.

Mais je vous l’assure, il n’est pas le seul à y avoir pensé.

Charles Baudelaire, aîné de 33 ans de l’auteur du Petit Prince, au destin tragique comme lui, poète à l’âme fêlée, ne voyait pas les choses autrement :

il n’existe que trois êtres respectables : le prêtre, le guerrier et le poète.
Savoir, tuer, créer. Les autres hommes sont taillables et corvéables, faits pour l’écurie, c’est-à-dire pour exercer ce qu’on appelle des professions.
[2]

Certes, le propos de Baudelaire est dur et outré, peut être aussi méprisant ; néanmoins, dans son affirmation, j’entends, poussé au paroxysme, le cri de son cœur sensible, à fleur de peau, au spleen perpétuel.

Sous cet angle-là, il a tout à fait raison : l’âme humaine exige de la grandeur, du dépassement, de la transcendance. L’homme n’est pas qu’un mangeur de pain comme un Limousin. Si c’est le cas, il se réduit à être purement physique et son âme meurt, faute d’oxygène spirituel.

Madeleine Delbrêl, surnommée parfois la sainte de banlieue, assistante sociale à Ivry, poète et mystique et depuis janvier 2018, reconnue officiellement « vénérable » par l’Eglise lui ouvrant son procès en béatification a bien cerné ce qu’est le manque d’hommes capables de parler de Dieu.

Elle écrit : l’absence d’un vrai prêtre est, dans une vie, une détresse sans nom.
Le plus grand cadeau qu’on puisse faire, la plus grande charité qu’on puisse apporter, c’est un prêtre qui soit un vrai prêtre. C’est l’approximation la plus grande qu’on puisse réaliser ici-bas de la présence visible du Christ
.

Ensuite, avec sa franchise habituelle et sa liberté d’enfant de Dieu, elle décrit ses attentes vis-à-vis des prêtres.

Pour aujourd’hui, j’ai retenu l’une d’elles, donc je la laisse parler :

Les prêtres ont longtemps traité les laïcs en mineurs ;

aujourd’hui, certains, passant à l’autre extrême, ils deviennent des copains.

On voudrait qu’ils restent pères.

Et elle finit par l’avouer : l’absence d’un vrai prêtre dans une vie, c’est une misère sans nom, c’est la seule misère.[3]

          Mes frères et sœurs bien aimés, ne nous voilons pas la face. Là où il n’y a plus de vrai prêtre, de prêtre engagé, aimant son ministère, aimant les gens pour lesquels il est envoyé, croyant en Dieu de tout son cœur, de tout son esprit et de toute son âme, le désert spirituel s’étend. 

Vous me rétorquerez : il y a quand même les laïcs ?

Certes, mais à quoi sert le corps si la tête n’y est pas attachée ?

Là où les prêtres disparaissent, la vie spirituelle disparaît aussi, tombe en déliquescence, la communauté de foi s’étiole.

Déjà, saint Jean Marie Vianney, notre saint de référence en la matière, disait:

laissez une paroisse vingt ans sans prêtres et on y adorera les bêtes.

Vous pouvez toujours lire cette phrase dans la chapelle de la basilique d’Ars où repose la châsse avec son corps intact, en bas du mur, à droite.

Mes frères et sœur bienaimés,

Pourquoi, dans les temps qui sont les nôtres, est-il difficile d’entendre ce que je viens de dire ?

Parce que nous sommes à une époque où tout paraît interchangeable : le travail, le conjoint, le sexe, l’histoire, les origines…

Etonnamment, l’époque qui défend bec et ongles, haut et fort, la diversité finit par une vulgaire uniformisation.

On ne croit plus à l’unicité, à la singularité. Tout et tous doivent être standardisés, normalisés, vaccinés, que sais-je encore ?

Malheureusement, cette vision technique et utilitaire se propage aussi sur la perception des prêtres qui, parfois, eux-mêmes, sont tentés par le concept.

Je me souviens d’un épisode du Père Antoine Chevrier qui avait abandonné le confort et la richesse des paroisses de la presqu’île lyonnaise pour évangéliser la population d’ouvriers et de petites gens installés en masse – au XIXème siècle-derrière le Rhône, à la Guillotière d’aujourd’hui.

Alors, l’abbé Chevrier, lui, plein de zèle, apostolique, proche des gens, au cœur rempli d’amour était enjoint sèchement par d’autres prêtres de raisonner :

vous devez faire comme les autres, comme tout le monde – lui aurait dit l’un de ses confères.[4]

Quelle tristesse lorsque le prêtre commence à faire comme tout le monde : il n’élève plus, ne redresse plus, il ne navigue plus, il ne fait plus que suivre le mouvement… Certes, il est dans le vent…

Quelqu’un l’a pourtant bien remarqué, à cette occasion : vouloir être dans le vent est une ambition de feuille morte.[5]

           Le Pape Benoît XVI, lors de sa rencontre avec le clergé au cours de son pèlerinage en Pologne en 2006, a brossé en quelque sorte le portrait-robot du prêtre du XXIème siècle :

Les fidèles attendent une seule chose des prêtres : qu’ils soient des spécialistes
de la promotion de la rencontre de l’homme avec Dieu. On ne demande pas au prêtre d’être un expert en économie, en bâtiment ou en politique.
On attend de lui qu’il soit un expert dans la vie spirituelle
.[6]

Et cela est bien vrai !

Je me souviens d’une conférence donnée aux prêtres de notre diocèse par Bernard Meunier, spécialiste des Pères de l’Eglise et membre de l’équipe des Sources Chrétiennes. Parlant de Saint Irénée, à un moment donné, il a fait une confidence avec à peu près ces paroles :

ce que vous devez faire, vous les prêtres, n’est pas forcément de nous dire ce en quoi nous devons croire, comment vivre, que faire, car en gros, nous le savons. Mais vous devriez nous aider à mettre Dieu au centre de notre vie. Le reste y sera ordonné.

         Je pourrais encore parler de ce qu’est le prêtre et sa mission car le sujet est vaste. Mais je finirai avec un texte de l’ancien archevêque de Clermont Ferrand, Hyppolyte Simon que j’ai pu connaître. Il est décédé à la fin de l’été de l’année dernière.

Il aimait bien les formules choc et les provocations. Au sujet qui est le mien ce soir, il avait écrit :

Il peut sembler provocateur de dire : devenir prêtre, c’est choisir un métier d’avenir. Tout paraît démentir cette prévision. A vues humaines, c’est vrai.
Je pourrais répondre, en ayant l’air de jouer sur les mots, que c’est pourtant bien un métier d’avenir, puisque nous sommes, en quelque sorte, proposés à l’annonce de Celui dont nous attendons le retour, Lui qui est l’Avenir de toute humanité.

             Mais, sans nier cet aspect auquel j’adhère profondément, je dirai aussi ma conviction que ce métier a, tout simplement, de l’avenir. Il serait tout de même étonnant, […], qu’à l’heure où tout le monde parle de chercher l’avenir du travail du côté des métiers de service et de proximité, on ne finisse pas par s’apercevoir à quel point notre ministère demeure et peut redevenir essentiel à la respiration d’une société. Si Jésus a tenu à exercer son métier de charpentier avant de se faire prédicateur à plein temps, nous n’avons pas à nous excuser de vouloir exercer notre ministère avec tout le sérieux et toute la passion qui conviennent à un métier dont l’expérience me montre qu’il est à la fois très varié, très riche de rencontres les plus diverses, et dont l’espérance me dit aussi qu’il peut devenir, et en prime, si j’ose dire,… sanctifiant.[7]


[1] Cité auprès de : Michel-Marie ZANOTTI-SORKINE, Pour une révolution spirituelle, Ed.Artège, Paris, 2020, p.35

[2] Charles BAUDELAIRE, Journaux intimes (1887), Mon cœur mis à nu, XXII

[3] Madeleine DELBREL, Un vrai prêtre

[4] In:  Antoine CHEVRIER, Le chemin du disciple et de l’apôtre(Textes du fondateur du Prado), Parole et Silence, 2004 , p. 34

[5] Gustave Thibon

[6] Cité auprès de : ZENIT.org, jeudi 25 mai 2006

[7] Hyppolyte SIMON, Libres d’être prêtres, Les éditions de l’Atelier, Paris, 2001, p.101